septembre 2000
Après six ans d'existence dans le bassin houiller rouergat, Mescladis fait des bilans, des débats, sur ses actions. Je suis d'accord avec l'option anti-centraliste de Mescladis. Je suis d'accord avec leur défense des créations en langue occitane, en s'appuyant sur celles en français sans oublier les langues des immigrés. J'apprécie la prise en compte du rock and roll par Mescladis. Je trouve bien qu'ils s'allient avec un mouvement social comme le tous ensemble. La critique que je ferais n'en étant pas une il s'agit davantage d'une suggestion, Mescladis devrait davantage explorer la situation créative de départements voisins tels la Lozère, le Cantal, le Lot, le Tarn et Garonne, le Tarn ; personne ne le fait et ils gardent une carte à jouer à Mescladis dans ce registre ; d'autre part, ils devraient investiguer plus vers l'Auvergne ou le limousin qu'à Marseille et Toulouse, parce que ces deux villes sont souvent en position de néo-centralisme à cause des médias parisiens ainsi que du pouvoir culturel local qui s'en servent en tant que relais ; quoiqu'on puisse échanger avec des gens de toute la planète par ailleurs.

Pierre Serre m'a envoyé " La lettre de Martre " périodique basé à Penne-de-tarn. Ça parle surtout d'agriculture et de modernité artistique.


Novel Optic, nous jouerons au Garage Laurent à Forcalquier le samedi 21 octobre. Il y aura dans la même soirée que nous, Base 3 + 1 un groupe d'Alger venu pour l'occasion.


Novel Optic, nous nous produirons à partir de novembre au café - musique d'ErichCoffie à Toulouse tous les deux mois. Sera également programmé chaque fois Articide.


Je suis abonné au bulletin du comité de soutien au peuple tibétain qui demande la libération de Ngawang Sangdrol indépendantiste tibétain :



Point de vue sur "Pour solde de tout compte" entretien de Jean-Michel Rossi et François Santoni avec Guy Benhamou. Le livre a une charge dramatique depuis l'assassinat de Jean-Michel Rossi à l'Ile - Rousse au début août. Anciens dirigeants d'A Conculta Jean-Michel Rossi et François Santoni qui veulent l'arrêt de la violence politique en Corse, font une amère description de pas mal de mouvements de libération corse. Leur remise en question arrive tard d'après moi, elle aurait dû venir voici plus de vingt ans après Aléria quand Edmond Siméoni avec son parti avaient commencé à critiquer la stratégie de lutte armée du FLNC ; reste à voir, d'autre part, si le démarrage du FLNC au milieu des Années 70 tout comme celui du FLN algérien au début des Années 50 auraient pu s'éviter vu les mécanismes du colonialisme français ; ne perdons pas de vue qu'au début des Années 70 la France avait de dévastateurs projets d'aménagement de la Corse considérés irréversibles ainsi que d'installations de 100000 personnes de la métropole, qui auraient broyé les 200000 Corses dans une colonisation de peuplement comparable à celle des Tibétains par les Chinois. Par ses informations, "Pour solde de tout compte" est positif. Mais négatif, à cause des approximations de ses idées concrétisées par le fait que Jean-Michel Rossi et François Santoni pour remettre en question certaines pratiques de ces mouvements corses tombent entre autre dans le piège sémantique par une utilisation diabolique des mots "ethnique" ainsi que "nationaliste" alors que ces deux mots peuvent avoir des significations contradictoires ; autre aspect négatif, Jean-Michel Rossi et François Santoni se raccrochent à Bové - Zorro sans s'apercevoir que celui-ci est contestable. En dehors de ça, voici les positions des partis hexagonaux par rapport à l'accord de Matignon sur la Corse ; contre, le Front National, le parti de Bruno Mégret, le parti de Philippe de Villiers, le RPF, le MDC de Jean-Pierre Chevènement, la LCR d'Alain Krivine ; divisés, le RPR, démocratie libérale, l'UDF, le parti socialiste, les Radicaux de gauche, le PCF, pour, les Verts.


J'ai lu "L'òra de partir" roman occitan en dialecte gascon de Serge Javaloyès. La guerre d'Algérie dans le milieu pied-noir le traverse. Il y a un familialisme affectueux, alors qu'une dignité face au quotidien l'habite.


Chaque mois sur Radio Albigès, je répondrai à des questions posées par Jacquie Falgayrat sur un sujet donné. Je viens de commencer avec la grève de la Compagnie Lubat et le pré occupé d'Uzeste cet été.


"Pels camins del país" une émission de radio en langue occitane animée par Jaqui Ten, sur Fréquence Deux à Villefranche de Rouergue le dimanche matin de huit à neuf heures, existait depuis dix-huit ans et c'était la seule émission en langue occitane sur cette radio. Mais celle-ci a été reprise par RFM venant d'arrêter l'heure de Jaqui Ten. Une manifestation a eu lieu au début du mois devant la radio.




Pas de concours pour le moment. Merci de repasser prochainement...
Autres sondages  
Un parc des Expos à Malan ?
Bof !
Chouette !
 
 
nous contacter - publicité - copyright - aide - conception : ADS Communication © 2009