juillet 2000
Novel Optic, nos deux chansons dans la compilation d'Oc Sonic ont été entendues au moment de l'Estivada rodanesa du 17 au 21 juillet. La Nauze y a fait un stand. La Nauze faisait écouter la compilation au casque aux personnes qui le demandaient.

Novel Optic, nous étudions une intervention sauvage au Festival du Théâtre de Rue d'Aurillac fin août.


Pour la journée du 30 juin à Millau à l'occasion du procès des démonteurs du Mac Donald's, Bernard Cauhapé du Macarel Show avait fait paraître dans la presse locale une lettre de protestation par rapport à la politique culturelle de la manifestation. Bernard Cauhapé y avait dénoncé le fait qu'aucun groupe musical en français ou en occitan, à deux cent kilomètres à la ronde, n'avait été invité. Pas mal de gens d'ici se trouvaient d'accord avec lui. A mon fanzine-lettre de juin, Bernard Cauhapé a fait une réponse dont voici le début :
«René,
Merci pour tes infos.
Je suis content de savoir que je ne suis pas le seul à contester la Bovémania.
«


J'ai apprécié Atal dòmna... de Félix Castan spectacle interactif et multidisciplinaire donné à Eurythmie le dimanche 3 juillet dans le cadre du Trente-cinquième Forum d'Occitanie à Montauban. C'est une création significative qui cristallise ce que Félix Castan dit vis-à-vis de la situation culturelle et artistique de l'Occitanie. Sur ce plan, je continue de penser qu'il dit des choses particulières. Je me les réapproprie. Du coup dans les débats, je me trouve en contradiction avec lui des fois ; ça vient du fait que si certaines de ses hypothèses comptent pour moi, je ne déroule pas les miennes de la même façon.


Vous avez encore un mois pour voir l'exposition de peinture Impressions de Christian de Cambiaire au Château de Taurines dans le Rouergue  ; dans le coin, Christian de Cambiaire avait participé à la Mòstra del Larzac puis exposé à L'Aleph à Rodez, sans compter son installation colorée sur la palissade du Musée Denys Puech à Rodez en 1989. Il fait table rase de certaines conceptions picturales depuis cinquante ans. Christian de Cambiaire recherche un degré zéro de l'art afin de redémarrer à son niveau quelque chose. Il le fait avec humour tout en posant des questions sur la distribution de la couleur notamment. Il est détaché par rapport aux résultats. Les outils que Christian de Cambiaire utilise, tels les ordinateurs, attestent d'un désir de modernité. Mais ces ordinateurs sont secondaires dans sa démarche, où le positionnement reste primordial. Christian de Cambiaire a un itinéraire conséquent. Il avait montré son goût pour l'avant-garde dès le début des années cinquante par la fréquentation de mouvements. D'abord avec les Lettristes, Christian de Cambiaire avait ensuite eu une activité de groupe en compagnie de Charles-Pierre Bru aujourd'hui décédé. A noter que Christian de Cambiaire et Charles-Pierre Bru ont défendu la langue occitane en tant qu'élargissement de leur radicale modernité. Certains les avaient appelés les Minimalistes de Toulouse, Félix Castan avait nommé ce mouvement l'Hyper-abstraction toulousaine.


Du lundi 17 au vendredi 21 juillet s'est déroulée l'Estivada rodanesa. Qui continue d'être un des rares festivals de la musique occitane parce que si pas mal d'événements ont de plus en plus une place à la création occitane, peu en présentent un panorama comme à Rodez.

Fanfare à mains nues. Cette chorale moderne peut jouer autant dans la rue que sur scène. Leur addition vitalisait tout en charriant du réel.

Mapa Mondi. Composition de Jakes Aymonino interprétée par un ensemble formé par plusieurs chorales modernes venues de divers endroits d'occitanie entre autre les manufactures verbales. Composition construite avec des bouts de cultures populaires collectés à travers l'Occitanie, qui avait un côté musique contemporaine. Ils ont installé un espace sonore sur la place Foch le lieu de l'Estivada rodanesa. C'était ambitieux. Mais à mon goût, ça faisait trop grande œuvre. Ils n'assumaient pas assez, d'autre part, leur aspect aléatoire.

Faï Lum. Sont de plus en plus virtuoses. Côté critiquable, ça ne respire pas assez.

Gach Empega et El Hillal. Un des grands moments. Cette addition de cultures était solaire ainsi que fraternelle.

Alan Stivell. Le groupe avait un bon jeu de scène. Le son était prenant tout en ne cherchant pas à convaincre. Se dégageait du magnétisme d'Alan Stivell. Lequel, par ailleurs, avait des prises de position nettes en faveur des langues minorisées.

Vent de Solana. Il s'agit d'une création autour de la musique en roseau. La recherche avait un intérêt. Toutefois, le résultat était trop esthétique.

Troubadours. C'est la rencontre musicale de pointures à l'attitude jazz des quatre coins de l'Occitanie, Marre, Retgeb, Carlotti, Madier. Le bémol qu'on pourrait mettre, est qu'elle n'évite pas l'esthétisme.

L'amour de loin. La deuxième interprétation des troubadours de la soirée. Laquelle a été, entre autre, animée par Eric Fraj. Ils fonctionnaient au-dessus de leurs moyens et des moyens de l'actuelle situation de la culture occitane.

Luc Aussibal. Xavier Vidal a joué pour la première fois dans le groupe. Il apportait du ciment.

Joan Pau Verdier. Il a une image plus basique qu'auparavant. Ce qui va bien avec sa façon d'être immergé dans le limousin. D'autre part, Joan Pau Verdier était chaleureux.

Gilles Servat. Ça a été le deuxième invité breton après Alan Stivell. Gilles Servat garde sa force scénique truffée de prises de position sans fioritures.

Bernat Manciet. A été bref sur scène avant trois questions posées dans la salle par des gens. Bernat Manciet n'épilogue pas sur sa démarche poétique. Mais Bernat Manciet à une façon d'évoquer les choses qui fait penser à cette phrase de Friedrich Hölderlin " la poésie suprême est celle où l'élément non poétique devient lui-même poétique parce qu'il s'énonce au bon moment et au bon endroit ".

Femnouzes T. Elles étaient les seules à enfoncer le clou du rap. Leur singularité conjoncturelle provenait également de l'aspect féministe.

Lou Dalfin. Ils avaient l'honneur de clôturer l'Estivada rodanesa avec leur rock plein d'énergie. De l'énergie, Lou Dalfin en avait encore davantage qu'il y a deux ans.




Pas de concours pour le moment. Merci de repasser prochainement...
Autres sondages  
Un parc des Expos à Malan ?
Bof !
Chouette !
 
 
nous contacter - publicité - copyright - aide - conception : ADS Communication © 2009