mai 2000
A Millau, le 30 juin, après le procés des gens qui auraient démonté le Mac Donald's aura lieu une grande soirée musicale. Cinquante mille personnes sont attendues. Pour le moment la programmation est show-biz. Pas un groupe musical de deux cents kilomètres à la ronde n'en fait partie. La Confédération Paysanne qui défend les petits paysans et l'installation des jeuns agriculteurs, organise la désertification artistique.
Saoud Salem m'a envoyé les deux lettres de René Riesel à José Bové ; une pendant l'incarcération de ce dernier en septembre suite au démontage du Mac Donald's de Millau ; l'autre, après la libération de José Bové. Rappelons que René Riesel fait partie de la confédération paysanne de la Lozère et qu'il avait été membre de l'ex-Internationale situationniste.

--> Lettre de René Riesel envoyée à José Bové pendant son incarcération. Elle comportait, à la fin, une brève mention manuscrite indiquant en substance que lui seul était en position de mettre un terme à la "bovémania" qui s'installait.

« 03 09 99

Mon cher José,
dehors, je ne peux avoir la même appréciation de la situation que toi dedans. Mais nous avons je crois, indépendamment de nos différences, un accord de fond suffisant sur le sens de ce qui est entrepris depuis deux ans, en particulier sur le peu de cas que nous ferions pour nous mêmes d'une incarcération que nous avons constamment recherchée, pour n'avoir pas besoin de plus de précuations oratoires avant de te donner très brièvement mon sentiment et mon analyse de la situation que chaque nouveau rebondissement de ton "affaire" renforce.
- Nous sommes en train de perdre totalement l'initiative. Devenue cette fois effectivement médiatique, l'affaire nous échappe. Partant, c'est toute possibilité de lui redonne du sens et de poursuivre dans ce que tu appelles la pédagogie de l'action qui s'éloigne. Plus ou moins confusément, chacun, proche de nos positions ou assez hostile, le sent bien et y apporte maladroitement les réponses qu'il a l'habitude d'apporter à toutes choses sans se dissimuler qu'une occasion est en train d'être perdue.
- Mais c'est surtout nous qui sommes en train de perdre l'occasion de pousser plus loin : cette fois la quantité ne s'est pas faite qualité, en tout cas pas comme nous le voulions.
- Je crois que dans ce cas, où cela paraissait pourtant aller de soi, le recours tactique au parapluie Conf (motifs corporatistes - "professionnels", gardarem lou roquefort, etc.) était une première erreur stratégique. Pas pour la Conf, qui en retire le plus grand bénéfice possible ; mais pour les buts que nous poursuivions (même en comptant au nobmre de ceux-ci celui de "radicaliser" la Conf en y faisant évoluer les rapports de forces). Je ne mentionne que pour mémoire le confusionnisme sur la liberté syndicale (au minimum il faudrait savoir de quel syndicalisme ; sans compter que cela inférerait qu'un non-syndiqué serait ipso facto condamné à croupir en taule ou à payer)
- La seconde erreur globale d'appréciation a sûrement été de ne pas mesurer le risque d'un tel objectif dans le parcours sans faute de montée en puissance réussi depuis deux ans (au sens où il aurait fallu pouvoir prévoir que l'énervement cumulatif de la magistrature aveyronnaise et "l'indépendance du judiciare", si ils jouent objectivement un tour de cochon inattendu à l'Etat nous jouent, à nous, un tour de con, car ce n'était sans doute pas là-dessus que résidait l'occasion la plus "explicitante" de t'exposer à te faire embastiller).
- L'essentiel va maintenant se jouer sur la capacité à resaisir les fils, et d'abord par la parole maîtrisée ou par l'écrit. J'essaie de faire ce que je peux dans un certain isolement, donc plutôt de façon souterraine, avec les limites que cela comporte. Tout va reposer sur toi à la sortie. Prépare-toi bien ça va être lourd. Mais l'occasion est trop belle de parler clair, sur les liens véritables entre les actions menées, sur l'action directe, sur les OGM et les empoisonneurs eugénistes, contre les illusion réformistes type Tobyn, et sur l'Etat évidemment!
Alors, rhizome (c'est comme ça que t'appelle cette canaille de Mermet), bon courage.

Je t'embrasse.
René.
»

--> Lettre de René Riesel envoyée à José Bové après sa libération

« le 2 novembre 99

José,
Tu m'as téléphoné samedi dernier, pour la troisième fois depuis ta sortie de prison. je n'avais, tu t'en doutais bien, littéralement plus rien à te dire. Pour ta part tu saisissais à nouveau un prétexte de splus ténus (j'avais en effet eu le téléphone coupé pendant une dizaine de jours, je n'étais pas allé à une réunion mouton à Clermont-Ferrand; bref on se demandait ce que je devenais) pour m'appeler.
Nous avons donc échangé quelques mots sans intérêt. Tout cela finissant par être pesant, je me suis laissé aller à lâcher que, non, je ne participerai pas à la pantalonnade de Seattle et que tu avais dit tout et le contraire de tout depuis quelques semaines, camarade.
Cela t'a mené à constater qu'il serait peut-être utile que nous parlions et, pourquoi pas en prenant le petit déjeuner, descente de train, à Paris. Un tel détour est inutile.
Nous avons travailé pendant quelques trimestres en bonne intelligence autour de la question du génie génétique. Nos divergences d'approche étaient évidentes mais nous étions parvenus, dans l'élargissement de l'action entreprise et l'approfondissement de son sens, à donner à chacune d'elles l'espace dont elle avait besoin. Il nous est même arrivé d'en parler assez ouvertement.
Notre dernier contact avant ces trois communications téléphoniques s'était fait par personne interposée. A la lettre que je t'avais fait parvenir en prison, très peu de jours avant ta mise en liberté, tu m'avais fait répondre que tu étais d'accord.
Si l'analyse rapide que je t'y proposais était succinte, elle était juste, ce que la suite n'a cessé de démontrer. Tu as choisi de fermet les fragiles perspectives qui s'ouvraient en te livrant à la fréquentation ostentatoire des plus inqulifiables canailles, au bouche-à-bouche sur le premier social-traître venu, aux plus honteuses alliances, aux plus pitoyables pitreries consensuelles. Tu as su faire mieux, par tes propres moyens que ce contre quoi je te mettais en garde.
N'imagine pas que cette divergence là, une de trop, puisse être qualifiée de tactique. Nous n'avons pas les mêmes méthodes et pas les mêmes fréquentations, parce que nous n'avons pas les mêmes buts, c'est tout.
Sais-tu ce qu'on dit dans les banlieues, parmi les jeunes pauvres que tes amis citoyens rêvent d'unclure dans leur monde de merde et leur commerce équitable ? "Bové il a paumé sa jupe !" ce qui signifie à peu près : "il marche à côté de ses pompes." Voilà un jugement plus sûr que celui de n'importe quel tribunal international.
Il faudra bien qu'il soit rendu public.

René Riesel
»

Novel Optic, Michel Battle dans "Linha Imaginot" a sorti son texte sur nous paru dans ma lettre-fanzine voici quelques mois.


"L'Estivada rodanesa", en juillet, s'annonce bien. C'est la mairie de Rodez qui l'organise. Elle veut que cette manifestation devienne l'équivalent du "Festival Interceltique" pour l'Occitanie.


J'avais invité Alem Surre-Garcia à mon "Salon qui Reçoit" à Toulouse du 22 mai sur le thème de la littérature liée au rugby. Je l'avais invité parce qu'il s'était beaucoup penché sur le rugby dans sa revue Forabanda voici une vingtaine d'années. Mais Alem Surre-Garcia n'est pas venu à mon "Salon qui Reçoit".


Patricia Boisset m'a reproché d'avoir écrit que TV Oèb Occitana sur Internet, était la télévision de Jacme Gaudas. Alors que c'est une équipe qui la sort. Je n'étais pas au courant de l'existence de cette équipe. Cela dit, dans l'annonce sur Occitania, il y a : "TV OEB Occitana (...) Jacme Gaudas : contact@oc-tv.net"


Novel Optic, nous nous produirons dans une ferme-art à Saint-Lys (Haute-Garonne) le samedi 10 juin et le samedi 17 juin à Cransac (Aveyron), invité par l'association "Les Orteils au Soleil".


Dans le récent "Linha Imaginot", hormis celui sur Novel Optic, Michel Battle a fait paraître un article sur l'Ecole de Rodez. Qu'il a réactualisée.


Dans le Rouergue, il y a un nouveau mouvement-forum culturel occitaniste qui s'appelle "Avayron Despartoment Occitan"


"La Setmana" est toujours aussi intéressant. Voici quelques semaines à Rieupeyroux dans le Rouergue, David Grosclaude a dit que son journal a actuellement mille abonnés plus trois cents vendus dans les kiosques.
Voici leur adresse :

La Setmana
BP 486 - 64234 Lescar Cedex
Tél. 05.59.68.66.79 / Fax. 05.59.68.67.17


 Le samedi 20 mai à Carcassonne a eu lieu une première rencontre pour préparer une convention occitane. Etaient présents, le POC, Robert Lafont, l'IEO, le Félibrige, les calandrettes, le CROC, le SOE, le PNO, le CEEPOC.




Pas de concours pour le moment. Merci de repasser prochainement...
Autres sondages  
Un parc des Expos à Malan ?
Bof !
Chouette !
 
 
nous contacter - publicité - copyright - aide - conception : ADS Communication © 2009