mai 2001
Novel Optic, André Minvielle nous a proposé d'intervenir dans «La Comédia del Utopia» de la compagnie Lubat dans le cadre de la prochaine Estivada rodanesa le vendredi 20 juillet.





   Novel Optic, notre expérience trimestrielle à la M.J.C. de Rodez n'aura pas lieu début août vu que celle-ci est fermée. Nous nous produirons chez Papillion à Pradinas à la place.





   Mon livre «Entourage» publié par le Salon qui reçoit n'est pas encore sorti. Je ne le mettrai presque pas en librairie. J le diffuserai dans des foires du livre avec l'aide de la revue toulousaine Le Corbeau. Egalement, je profiterai de certaines circonstances. Je ferai des dépôts dans des lieux amis. J'avertirai en plus tous les gens ayant reçu ma lettre, je les inviterai à me le commander par correspondance.





   J'ai reçu un texte tapé à la machine d'André Bénédetto avec un mot écrit à la main :

Amitié





   Rémi Soulié avant pris comme pseudonyme Rémi Villedecaze pour signer son premier essai « De la promenade», afin de signifier un ancrage dans le Rouergue. Il vient de publier son quatrième livre «Les chimères de Jean Boudou» chez Fil d'Ariane. Rémi Soulié y renoue avec sa confrontation de quelque chose de Rouergat à de l'international. Ce qui tombe à pic, vu que Joan Boudou l'écrivain du Ségala en langue occitane avait des repères littéraires mondiaux. Rémi Soulié outre les réflexions est informé sur Joan Boudou, c'est l'aspect positif de son livre. L'aspect contestable, Rémi Soulié ne précise pas que Joan Boudou s'interroge sur de nombreuses choses à partir de l'occitanisme. De la même façon que Georges Bernanos, par exemple, pose des questions depuis le catholicisme. Joan Boudou, également, donne la parole principalement à des occitanistes dans son œuvre. Enris Mouly ainsi que Pas Gayraud, les deux autres écrivains marquants du Rouergue en langue occitane de la même génération que Joan Boudou, mettaient par ailleurs aussi en avant énormément d'occitanistes dans leurs écrits mais d'une manière différente de Joan Boudou. A part ça, «Les chimères de Jean Boudou» de Rémi Soulié (éditions Fil d'Ariane) a du prix.





   Voici plusieurs mois, est sorti le livre de Gérard Galtier «Larzac une terre qui dit non» aux éditions de la Bastide installées à Sauveterre-du-Rouergue. Gérard Galtier y retrace la lutte des Larzaciens contre le projet d'extension du camp militaire, qui a duré pendant la décennie de 1970. Il fait une description du face à face avec l'état français à la lumière de l'actuelle dynamique du Larzac. Gérard Galtier se limite à l'histoire des premières années, c'est à dire de 1970 à 1972. Il a la précision du localier ayant tout noté durant ce laps de temps. Ce qui ne l'empêche pas d'insuffler une musique à son écriture, surtout quand Gérard Galtier évoque les acteurs centraux de l'action ; ou quand il imagine certains instants de leurs vies hors des moments repérés dans l'histoire de la lutte du Larzac. D'ailleurs, cette musique contraste avec l'égrenage des épisodes. La particularité du livre de Gérard Galtier provient de ce contraste. En dehors de ça, il y montre comment l'engagement de Lanza del Vasto ou de Mgr Ménard l'évêque de Rodez d'alors, avait relancé les choses au début de 1972, donné confiance aux paysans du Larzac, battu la tentative d'incrustation idéologique de l'ex-Gauche prolétarienne partisane de l'action violente. Nous avions eu comme livres sur la question du Larzac, «L… comme Larzac» d'Yves Hardy et Emmanuel Gabey ouvrage à chaud de journaliste, ainsi que «Les fous du Larzac» de Michel Le Bris récit de l'intérieur de l'ex-gauche prolétarienne. «Larzac une terre qui dit non» de Gérard Galtier arrive vingt ans après le dénouement du conflit des Larzaciens contre l'Etat. C'est le livre d'un journaliste local qui a choisi de le raconter avec affection. «Larzac une terre qui dit non» de Gérard Galtier (éditions de la Bastide) vibre sobrement.





   Après «Déclarations sur l'agriculture transgénique et ceux qui prétendent s'y opposer» aux éditions de l'Encyclopédie des nuisances voici un an, René Riesel vient de publier chez le même éditeur «aveux complets des véritables mobiles du crime commis au URAD le 5 juin 1999 suivis de divers documents relatifs au procès de Montpellier». Il comparaissait, en plus, voici peu devant la troisième chambre civile de la cour d'appel de Toulouse suite au sabotage en septembre 1998 de maïs et de soja transgénique dans l'enceinte de l'unité d'expérimentation de Monbéqui (Tarn et Garonne) de l'industriel Monsanto. Mais en définitive, ce procès était reporté au mardi 30 octobre. Ancien militant de la Confédération paysanne de la Lozère, rappelons que René Riesel avait plusieurs fois été coaccusé en compagnie de José Bové suite à des sabotages d'agriculture transgénique avant de se trouver en désaccord avec ce dernier. René Riesel avait été secrétaire national de la Confédération paysanne. Il est poursuivi par Monsanto à ce titre. René Riesel, autant dans ses livres que dans ses formes d'actions, a une attitude de dissident.





   Le stade rugby Rodez Aveyron a joué le match de la montée en nationale 2 contre Saverdun et l'a perdu.





   Après l'exposition à Canal Sud à Toulouse tout le mois de juin, «les polymorphes de Rodez» sera montré au Salon qui reçoit toujours à Toulouse le dimanche 22 juillet.





   En général, les partis pro-Berbères d'Algérie ne remettent pas en question l'état algérien. Existe, toutefois, un courant qui tente de regrouper les Berbères des divers pays d'Afrique du Nord.




Pas de concours pour le moment. Merci de repasser prochainement...
Autres sondages  
Un parc des Expos à Malan ?
Bof !
Chouette !
 
 
nous contacter - publicité - copyright - aide - conception : ADS Communication © 2009